Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2022 3 31 /08 /août /2022 09:19

C’est aujourd’hui le 33ème anniversaire de la mort de Georges Simenon, disparu le 4 septembre 1989. C'est pourquoi j’ai éprouvé le besoin d’honorer la mémoire de ce génie littéraire né à Liège en 1903, capable d’écrire 80 pages par jour, qui a débuté très tôt dans le journalisme,  s’exerçant à l’écriture en publiant, sous des pseudonymes divers, un nombre incroyable de romans populaires. En effet, Georges Simenon, quatrième auteur francophone le plus traduit dans le monde, a écrit 192 romans (dont 75 Maigret et 117 romans qu’il appelait ses « romans durs »), 158 nouvelles, plusieurs œuvres autobiographiques et de nombreux articles et reportages ; sans parler des 176 romans parus sous des pseudonymes divers…

 

Maigret

Comme Jules Verne, qui se retirait sur son bateau pour créer, Georges Simenon écrit à partir de 1929 sur un bateau L’Ostrogogh, qu’il gardera trois ans. Dès 1931, il crée, sous son véritable nom de Georges Simenon, le personnage du commissaire Maigret, devenu mondialement connu et toujours au premier rang de la mythologie du roman policier. Simenon rencontre immédiatement le succès, et le cinéma s’intéresse à son œuvre dès le début. Ses romans ont été adaptés à travers le monde en plus de 70 films et au moins 350 téléfilms.

 

Les grands reportages

Après les succès du premier Maigret, Simenon entreprend une série de reportages autour du monde et part en Afrique, en Europe de l'Est, en Union sociétique et en Turquie, voyageant avec sa malle, sa carte de reporter, sa machine à écrire et son appareil-photo.

 

Simenon en Turquie

Simenon effectue un séjour  à Istanbul du 1 juin au 19 juillet 1933. Il arrive de Marseille le 1 juin 1933, sur le paquebot Angkor, en compagnie de son épouse. Le but de son voyage est d’effectuer, pour le quotidien Paris-Soir, une interview de Trotski qui est exilé depuis 1929 sur l’île de Buyuk Ada.

Simenon s’y rend en bateau le 6 juin et rencontre Trotski, qui, craignant pour sa sécurité, ne sort presque jamais, sauf à la tombée de la nuit pour aller à la pêche, et vit dans une pièce entourée de livres.

Ce célèbre reportage paraîtra le 15 et 16 juin.

 

Après, au départ de Trabzon, Simenon fait une excursion à Batoum et Odessa, pour « découvrir le monde soviétique » puis passe par Ankara et retourne à Istanbul où il prend 400 photos. Comme l’on sait que les photos de Simenon lui servent toujours de base à un nouveau roman, il tirera plusieurs livres de son séjour à Istanbul : Le Policier d’Istanbul, nouvelle qui met en scène un policier turc ; Les Gens d’en face, roman qui se passe à Batoum mais a pour héros un consul de Turquie à Batoum se sentant observé par ses voisins ; Les Gangsters du Bosphore, reportage qui ne paraîtra pas ; Les Clients d’Avrenos, roman qui se passe complètement à Istanbul, traduit en turc par Çetin Altan en 1949 ; Le Locataire, dont le héros est Elie Naegar d’origine turque, récit adapté à l’écran en 1982 par Pierre Granier-Deferre sous le titre L'Etoile de Nord, avec Philipe Noiret et Simone Signoret.

 

Le roman Les Clients d’Avrenos

On peut remarquer que les lieux que Simenon choisit de décrire dans Istanbul ne sont pas vraiment les lieux emblématiques de la ville en 1933, mais plutôt des endroits appartenant au vieil Istanbul d’avant la République et qui ont déjà été décrits dans les Voyages en Orient. L’univers du roman, déjà obsolète à son époque, semble très loin de celui de la Turquie d’Atatürk et de la jeune république. En effet, en 1933, cela fait déjà dix ans que la république existe, toutes les grandes réformes ont déjà été réalisées mais Simenon n’en parle jamais. Pour Simenon, Istanbul en 1933, c’est encore une ville où l’on loge au Pera Palas, où l’on se promène en caïque de nuit sur le Bosphore, où l’on se promène aux Eaux-Douces d’Asie, où l’on va pratiquer « le kief », s’enivrer, fumer du haschich dans un vieux manoir …

C’est pour cela  qu’une partie du roman se passe dans un vieux « yali », une demeure en bois les pieds dans l’eau au bord du Bosphore, inspirée par le fameux yali des Ostrorog, lieu-culte de la vie mondaine des Stambouliotes aisés, où l’écrivain, comme beaucoup d’autres, a été reçu.  Simenon a sans doute choisi ce cadre parce qu’il incarne l’ultime survivance d’un monde qui disparaît, qui n’a plus sa  place dans l’idéologie de la jeune république turque, qui , au contraire, cherche à se construire en opposition avec le monde ottoman et le cadre impérial.

 

Jouer un tour à Simenon pour lui faire écrire un roman

Dans ses souvenirs, le peintre turc Abidin Dino raconte, en 1988, comment, lors d’une invitation au yali des Ostrorog, ils ont joué un tour à Simenon pour lui donner un sujet de roman. Le consul de France, Raoul Crépin, organise avec un ami turc et son domestique albanais, une pseudo-fumerie avec des figurants dans un garage et même une fausse descente de police. Simenon n’aurait pas été dupe et la soirée se serait terminée en beuverie. Simenon aurait pris sa revanche en écrivant le roman Les Clients d’Avrenos, dans lequel il caricature Raoul Crépin, son épouse et les Ostrorog…

 

La vidéo de l’émission d’Arte « Invitation au voyage », intitulée « A Istanbul, les mauvaises fréquentations de Simenon », réalisée par Anne Gautier et dans laquelle j’interviens à la fin…

https://www.youtube.com/watch?v=bYXRzNhK91Y&t=811s

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Gisèle Durero-Koseoglu, écrivaine d’Istanbul
  • : Bienvenue sur le blog de Gisèle, écrivaine vivant à Istanbul. Complément du site www.giseleistanbul.com, ce blog est destiné à faire partager, par des articles, reportages, extraits de romans ou autres types de textes, mon amour de la ville d’Istanbul, de la Turquie ou d'ailleurs...
  • Contact

Gisèle Durero-Koseoglu Blog 1

  • Gisèle Durero-Koseoglu Blog 2
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu), Sultane Gurdju Soleil du Lion.
Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...
  • La Trilogie d'Istanbul : Fenêtres d’Istanbul, Grimoire d’Istanbul, Secrets d’Istanbul. La Sultane Mahpéri, Mes Istamboulines, Janus Istanbul (avec Erol Köseoglu), Sultane Gurdju Soleil du Lion. Contributions : Un roman turc de Claude Farrère, Le Jardin fermé, Un Drame à Constantinople...

Livres de Gisèle Durero-Köseoglu

2003 : La Trilogie d’Istanbul I,  Fenêtres d’Istanbul.

2006 : La Trilogie d’Istanbul II, Grimoire d’Istanbul.

2009 : La Trilogie d’Istanbul II, Secrets d’Istanbul.

2004 : La Sultane Mahpéri, Dynasties de Turquie médiévale I.

2010 : Mes Istamboulines, Récits, essais, nouvelles.

2012 : Janus Istanbul, pièce de théâtre musical, livre et CD d’Erol Köseoglu.

2013 : Gisèle Durero-Köseoglu présente un roman turc de Claude Farrère,  L’Homme qui assassina, roman de Farrère et analyse.

2015 : Parution février: Sultane Gurdju Soleil du Lion, Dynasties de Turquie médiévale II.

 

 

 

Recherche

Pages + Türkçe Sayfaları